SACRIFICE


SACRIFICE
SACRIFICE

Le sacrifice comporte deux pôles: d’un côté, on offre et, de l’autre, on se prive de ce que l’on offre. L’histoire des religions et l’ethnologie se préoccupent surtout du premier aspect; le sacrifice est étudié comme rite. Les moralistes envisagent surtout le second aspect, ou la vertu du renoncement dans la construction de l’homme authentique. Alfred Loisy définit ainsi le sacrifice comme rite: «Une action rituelle – la destruction d’un objet sensible, doué de vie ou qui est censé contenir de la vie – moyennant laquelle on a pensé influencer les forces invisibles, soit pour se dérober à leur atteinte [...] soit afin de [...] leur procurer satisfaction et hommage, d’entrer en communication et même en communion avec elles.» Le sacrifice n’est donc pas un type particulier de rite, mais un genre qui en contient beaucoup: sacrifices d’actions de grâce, sacrifices de demande, sacrifices expiatoires collectifs ou individuels, sacrifices de consécration (d’un lieu, d’un objet, etc.), sacrifices de communion. Selon que l’on considère comme plus primitif tel type ou tel autre, on proposera une théorie différente du sacrifice.

Les théories sur l’origine et l’évolution du sacrifice

E. B. Tylor voit dans le sacrifice un don intéressé aux esprits: do ut des. Lorsque la croyance aux dieux succéda à celle des esprits, le don intéressé fit place à l’hommage sans espoir de retour. Plus tard enfin, au lieu de choses matérielles, on fit offrande à Dieu de ses sentiments: le sacrifice devint renoncement. Certes, dans le sacrifice, on donne et en même temps on reçoit, remarque G. Van der Leeuw, mais la formule do ut des ne fournit de cet échange de prestations qu’une caricature rationaliste. De plus, le sacrifice est toujours plus qu’un échange, car l’objet offert est détruit; et c’est cette destruction, ou immolation, qui apparaît essentielle.

Avec W. R. Smith, on passe de l’antériorité du sacrifice-don à celle du sacrifice-communion. Le sacrifice primitif ne peut pas être un don, parce que le don suppose le sentiment de propriété et celui d’obligation envers les dieux, deux sentiments qui ne pouvaient exister, selon Smith, chez nos ancêtres nomades, car ils supposent la fixation au sol et l’avènement d’un sentiment religieux débarrassé de toute magie. D’un autre côté, pour que le sacrifice pût devenir un don, il fallait que l’objet sacrifié n’eût pas un caractère religieux, que la victime animale fût seulement un animal, ce qui suppose une époque où les idées de tabou et de sacré avaient déjà perdu leur force. Le sacrifice n’est donc pas une offrande pieuse. C’est un repas. Les dieux hébraïques comme les dieux d’Homère se repaissent de la fumée des viandes; les divinités souterraines boivent les libations qui s’enfoncent sous le sol. Mais, à côté de ces sacrifices où tout semble dévoré par les dieux, il y en a d’autres où ceux-ci ne mangent qu’une partie de la victime, le reste étant dévoré par les hommes. Ainsi se fondait la communion entre la divinité et les fidèles. Que ce soit là la forme primitive du rite, Smith prétend l’établir en montrant chez les Bédouins nomades l’existence du sacrifice communiel à caractère totémique d’un chameau blanc; or le totémisme est la forme la plus primitive de toutes les religions. Le sacrifice-don ne serait venu que beaucoup plus tard, avec l’apparition des royautés, par imitation de la pratique de la dîme ou impôt royal. La théorie de Smith était fondée sur des données empruntées aux Sémites. Elle devait recevoir une confirmation éclatante un peu plus tard, car la communion totémique, pressentie plus que proprement observée par cet auteur, fut découverte en Australie: il s’agit de l’intichiuma , cérémonie qui s’achève par un banquet où les membres d’un même clan tuent et consomment en commun leur propre totem. La thèse de Smith a été souvent critiquée. D’abord, l’offrande à une divinité ou à un esprit ne suppose pas nécessairement le sentiment de la propriété privée, car le don qu’on leur fait, pour se concilier leurs faveurs, consiste à les faire manger; le sacrifice-don peut, par conséquent, apparaître à la même époque que le sacrifice-communion. Certes, l’homme mange souvent une partie du sacrifice; cependant, remarque Oldenberg, il ne le fait pas nécessairement pour communier avec le dieu, mais parce que, le sacré étant passé dans la victime immolée, le sacrifiant s’incorpore un peu de la vertu mystique qui est en elle. Le sacrifice expiatoire peut difficilement s’expliquer à partir de la communion alimentaire: si l’on a fait passer les maux et les péchés de la communauté sur un animal avant de le tuer, comment le mangerait-on? Il communiquerait aux fidèles son impureté. Plus récemment, Lévi-Strauss a montré que le sacrifice ne peut en aucune façon se comprendre à partir du totémisme, car le totémisme établit une liaison entre une espèce animale et un clan, alors que dans le sacrifice on peut substituer une chose à une autre, par exemple un fruit à un animal; le totémisme est fondé sur la discontinuité entre le sacré et le profane par l’intermédiaire de la victime, «le but du sacrifice étant précisément d’instaurer un rapport, qui n’est pas de ressemblance (comme dans le totémisme), mais de contiguïté».

Pour J. Frazer, les dieux primitifs étaient mortels comme les hommes; les Grecs montraient les tombeaux de Zeus et de Dionysos. Or le cours de la nature est suspendu à l’existence de ces hommes-dieux; leur décrépitude est le signe de la mort pour la végétation et pour les bêtes. Comme la vieillesse est inévitable, il n’y a qu’un moyen pour détourner le péril: le déicide, et le transfert des forces divines dans un corps plus jeune. Les Mexicains choisissaient un de leurs captifs, l’adoraient comme un dieu pendant six mois, puis le tuaient, l’écorchaient, revêtaient de sa peau un nouveau captif, lequel représentait dès lors le nouveau dieu. En même temps, le dieu sacrifié emportait avec lui les maladies, les péchés, jouant le rôle de bouc émissaire. Les cultes d’Attis, d’Osiris, de Déméter, avec leurs mythes de mort et de résurrection, prouvent l’antiquité de ce type de sacrifice dans le bassin européen lui-même. Les Roses-de-mai, les Georges-le-vert, les Carnavals sont des survivances d’anciens meurtres de ces hommes-dieux liés au cycle de la végétation, qui meurt et qui renaît. À l’origine, on tuait et on mangeait l’esprit du blé, de l’orge, du riz, soit sous la forme humaine (étranger roulé dans la dernière gerbe), soit sous la forme animale (loup, chien, lièvre, ce qui se rapprocherait du totémisme). Frazer veut voir également dans le christianisme la suite, et la sublimation, de ce sacrifice, où un Dieu fait homme se sacrifie pour régénérer l’humanité. On ne niera pas l’existence de la mort rituelle des dieux vivants; mais on ne peut considérer celle-ci comme un rite primitif; le sacrifice du dieu n’a pu se développer qu’après le sacrifice au dieu. Il est bien vrai, en effet, que la victime, en s’imprégnant de vertus mystiques par les rites de sacralisation, se divinise en partie; à aucun moment, cependant, le dieu et la victime ne s’identifient. Le sacré reste transcendant. Le captif aztèque, par exemple, dont Frazer fait un si grand cas, devait passer, avant d’être tué, par toute une série de rites mimétiques et de consécrations, pour pouvoir, par sa mort et sa résurrection symbolique, jouer le rôle donné aux dieux dans la mythologie de la création (M. Eliade).

La nature du sacrifice

Au lieu de chercher l’unité du sacrifice dans un point de départ bien hypothétique, car on ne sait rien des origines, ne vaudrait-il pas mieux la chercher, par exemple avec H. Hubert et M. Mauss, dans le mécanisme même de la cérémonie? Le sacrifice est avant tout une consécration: l’homme et le divin ne sont pas en contact direct, il faut un intermédiaire entre eux pour qu’ils puissent communiquer. C’est aussi une offrande, mais ce n’est pas une offrande ordinaire; dans l’oblation, l’objet reste intact; dans le sacrifice, il est détruit: «Le sacrifice est un acte religieux qui, par la consécration d’une victime, modifie l’état de la personne morale qui l’accomplit ou de certains objets (par exemple, la maison quand on enterre une victime dans ses fondations) qui l’intéressent.» On trouve donc d’abord des rites d’entrée: le sacrifiant est dépouillé de son être profane, il est purifié; le lieu, les instruments sont sacralisés; la victime est consacrée par des lustrations et mise en contact avec le sacrifiant. Puis vient l’immolation de la victime; le corps détruit est alors mis en rapport, suivant le cas, avec le monde sacré (rites expiatoires) ou avec le monde profane (communion alimentaire), c’est-à-dire avec les êtres qui doivent profiter du sacrifice. Enfin, les rites de sortie permettent au sacrifiant de revenir au monde profane, qui en est désormais métamorphosé. Ce schéma ne changerait jamais, mais, selon la fin recherchée, les diverses parties prennent des développements différents; dans les sacrifices d’ordination, les rites d’entrée sont les plus nombreux; dans l’expiation, ce sont les rites de sortie. Cette théorie repose sur la distinction durkeimienne entre le sacré et le profane; on comprend dans ces conditions que, pour pouvoir établir un contact entre les deux, un intermédiaire soit nécessaire et que cet intermédiaire doive être détruit, car le sacré est extrêmement contagieux et cette contagion est dangereuse: «Si le sacrifiant s’engageait jusqu’au bout dans le rite, il y trouverait la mort et non la vie. La victime le remplace. Elle seule pénètre dans la sphère dangereuse du sacrifice, elle y succombe... Le sacrifiant reste à l’abri. La victime le rachète.»

Mais justement peut-on accepter cette opposition entre le sacré et le profane dont part Mauss? Comme le signale G. Gusdorf, le sacrifice primitif se déroule dans un monde où le sacré (mana ) n’est pas séparé du profane, où il est diffus partout; par conséquent, le sacrifice est plutôt une manipulation du sacré pour concentrer cette énergie dans une chose ou un animal, au profit de l’homme ou de sa société. Si l’on suivait Hubert et Mauss jusqu’au bout, on aboutirait à faire du sacrifice un sacrilège, ou bien encore un rite plus magique à proprement parler que religieux. J. Cazeneuve n’accepte pas deux conséquences. D’abord, il se refuse à chercher l’unité dans une simple variation des séquences rituelles; il distingue un sacrifice-consécration et un sacrifice-communion. Dans le premier, la mise à mort de la victime n’est qu’un moyen pour l’homme de montrer qu’il pose sa condition comme ne se suffisant pas à elle-même; il fait une oblation totale aux esprits ou aux dieux pour rendre cela manifeste, en détruisant la victime qu’il leur consacre; on est donc à l’antipode du sacrilège. Dans le sacrifice-communion, la participation de l’humain et du divin se réalise sur le modèle de la parenté artificielle ou de l’alliance par le sang: on absorbe le principe numineux qui s’est incarné dans la victime, en même temps que l’on fonde la solidarité des hommes entre eux, car tous se sont unis en consommant le même principe sacré. L’unité des diverses formes de sacrifices ne doit donc pas être cherchée dans un mécanisme commun ou une séquence identique de gestes, mais dans la reconnaissance, dans les deux cas, d’une transcendance et dans l’affirmation pour l’homme de la possibilité d’une participation à ce qui le transcende. H. Brocher, dans une direction analogue – analogue, puisque le principe de compensation sur lequel il met l’accent suppose préalablement le sentiment de dépendance –, retrouve dans le sacrifice, comme dans les mythes des héros, la nécessité du rachat: tout bien ne s’acquiert qu’au prix d’une souffrance (il faut donc donner aux dieux), mais réciproquement toute privation que s’inflige l’homme doit, par compensation, entraîner pour lui un avantage (les dieux le récompensent). Avec Cazeneuve et Brocher, on passe peu à peu du rituel sacrificiel aux sentiments du sacrifiant. Toutefois, la question se pose de savoir si l’on ne risque pas alors d’introduire ses propres pensées à la place de celles des hommes dont on décrit les comportements. C’est pourquoi les ethnologues d’aujourd’hui tendent, au lieu de reconstruire ce qui doit se passer dans l’esprit du sacrifiant, à demander aux prêtres des diverses populations du globe leurs propres théories du sacrifice.

Ainsi fit, par exemple, M. Griaule pour les Dogon (Mali), en recueillant les propos de son informateur, Ogotemmêlé. Par celui-ci, il apprit qu’en immolant la victime on libère la force vitale contenue dans son sang; ce sang, versé sur l’autel, nourrit la divinité; mais le sang a été aussi répandu sur le sacrificateur et sur le demandeur, ce qui fait que la divinité, appâtée par ce sang, va les faire bénéficier, dans le même mouvement, d’une part de sa force. Le mot «dogon», qui correspond à «sacrifice», signifie «faire revivre». Et ce rite fait revivre, en effet, à la fois les divinités, qui s’épuisent à faire durer le monde, à le faire fructifier, et les hommes, qui ont perdu, eux aussi, au cours du temps – par la maladie, la violation des tabous et autres comportements – une part de leur force vitale. «Dans tout sacrifice, dit Ogotemmêlé, l’effet est le même... On se nourrit d’abord soi-même, on se fortifie, puis on rend, par la parole, la force à tous les hommes.» C’est dire que la force vitale dégagée par le sacrifice ne profite pas seulement au sacrifiant; elle passe à travers le discours de celui-ci, qui s’est, en immolant la victime et en mangeant son foie, «vidé de sa propre vie pour se remplir de celle de l’ancêtre» ou du dieu; les paroles du sacrifiant, par conséquent, dès lors imprégnées des vertus ancestrales ou divines – d’autant plus que toute parole sort du foie pour aller à la bouche –, passent à l’ensemble des hommes. Ainsi le sacrifice réalise-t-il l’ordre social en même temps que l’ordre cosmique. Chez les Négrilles, on fait quatre parts du bélier qui a été tué: la première est donnée aux puissances (divinités ou ancêtres) auxquelles on a sacrifié; la deuxième est réservée aux hommes qui la mangent; la troisième est abandonnée aux bêtes de la terre; la quatrième est pour les oiseaux du ciel; c’est dire que la communion, à travers le sang versé, est universelle, et que l’on ne peut séparer l’ordre du monde de l’ordre social. Ces deux exemples suffisent à montrer que le sacrifice a pour mission de faire circuler les forces mystiques à travers le monde, non pas seulement, comme le pensaient Hubert et Mauss, au profit des hommes, mais aussi au profit du dieu, qui puise dans le sacrifice sa vitalité créatrice; ce n’est qu’ensuite qu’il détourne au profit de l’homme le trop-plein de vie qui lui a été transmis par la victime. Le sacrifice des prémices, selon Van der Leeuw, n’est pas un témoignage de gratitude, il reconstitue la force que le dieu a perdue en faisant croître les récoltes, en fécondant les troupeaux, en rendant les femmes enceintes. Mais il peut arriver aussi, dans certains cas, que le sacrifice, loin de faire participer l’humain et le divin, ait pour but une coupure entre les deux ou, si l’on préfère, la fermeture du circuit des énergies vitales. Pour le père Lagrange, par exemple, «le problème n’est pas de consacrer un objet à l’esprit, mais plutôt de les désacraliser tous pour l’usage profane: car, pour l’homme qui voit partout des esprits, tout est plus ou moins tabou. Peut-être l’esprit lâchera-t-il prise si on lui abandonne librement une part.» Mais cela ne vaut que pour les sacrifices des prémices, soit des produits agricoles, soit des têtes de bétail. Il y a mieux: dans la Géorgie ancienne, quand on voulait briser le lien existant entre un dieu et le territoire où il séjournait, on lui immolait une bête impure; le dieu épouvanté s’enfuyait aussitôt (G. Charachidzé).

De l’ethnologie à la psychanalyse

De cette analyse du sacrifice à travers les interprétations qu’en donnent les sacrifiants une première conclusion se dégage: c’est que ces interprétations varient selon les types de sociétés et que l’on pourrait parler à juste titre des cadres sociaux du sacrifice. Là où dominent les structures de communication, le sacrifice est conçu sur le modèle de l’échange (dons et contre-dons, prestations et contre-prestations). Là où dominent les structures de subordination, comme dans les féodalités ou les royautés primitives, le sacrifice tend à prendre la forme d’un acte de soumission au Maître des choses; les prières qui accompagnent alors les oblations montrent que l’on veut fléchir la volonté divine, ce sont des paroles de flatterie, parfois de chantage: «Si vous ne mettez pas notre défunt avec sa famille, dit un texte égyptien, nous vous retirerons de l’autel les plus beaux morceaux de viande.» Lorsque la distance entre le souverain et les sujets s’accentuera, le sacrifice tendra à la récupération d’un dieu qui s’éloigne; il sera un moyen de communion mystique. On peut suivre, depuis l’Ancien Testament, avec ses sacrifices d’alliance, d’expiation, jusqu’aux Pères de l’Église, l’évolution de ces formes de sacrifice: Dieu n’a pas besoin de ce que nous lui donnons, dit saint Irénée, puisque tout lui appartient, sauf une chose, notre liberté; ce que nous devons lui offrir, c’est essentiellement notre vie.

Mais ces motivations sont des motivations conscientes. N’y a-t-il pas derrière elles des motivations cachées, qui seraient plus profondes? Freud a vu dans le meurtre du père et dans le repas cannibalique qui lui succédait la forme archétypale que tous les sacrifices ultérieurs ne faisaient que répéter. Mais les psychanalystes ont abandonné le «roman œdipien» pour chercher dans les structures de l’inconscient, partout identiques, ce qu’on demandait jadis à une histoire hypothétique de l’humanité. René Laforgue relie le sacrifice à un phénomène de compensation et en fait une réponse à un état d’angoisse profonde: il faut que l’homme se fasse pardonner d’exister pour éliminer le malheur. Dans cette perspective, Maryse Choisy parle même d’un complexe particulier, le complexe de l’anneau de Polycrate. Georges Gusdorf reconnaît bien l’existence de pareils sentiments, mais, selon lui, ils caractériseraient le névrosé, non l’homme normal. L’erreur de la psychanalyse consisterait à identifier alors «le sacrifice morbide», qui se fait toujours «dans une perspective d’échec», avec le sacrifice religieux authentique, lequel, au contraire, a une «portée libératrice». De la même façon, Jung ne voit dans les comportements névrotiques qu’un phénomène de régression, de retour vers la mère, de «ré-enfantement»; le sacrifice consiste bien plutôt à quitter la mère pour gagner le monde, à fuir la subjectivité libidineuse pour se tourner vers l’objectif; peut-être pourrait-on parler dès lors non plus, avec Freud, de l’assassinat du père, comme archétype du sacrifice, mais du meurtre de la mère, devenue monstre en captant et arrêtant toute l’énergie de l’homme. Le héros ne devient héros qu’en tuant le monstre. Cette définition du sacrifice rejoint la conception chrétienne qui, dépassant le rite pour aboutir à la morale, ne reconnaît d’autre sacrifice que celui qui est sacrifice de soi, renoncement et altruisme. On peut ajouter cependant que ce sacrifice de soi ne serait que le sacrifice de ce qu’il y a de «maternel», de féminin, de régressif dans l’être humain.

sacrifice [ sakrifis ] n. m.
sacrefise, sacrifise 1120; lat. sacrificium, de sacrificare
1Offrande rituelle à la divinité, caractérisée par la destruction (immolation réelle ou symbolique d'une victime, holocauste) ou l'abandon volontaire (oblation des prémices) de la chose offerte. immolation, libation, oblation. Sacrifices d'animaux (hécatombe, taurobole). Sacrifices humains. Victime destinée au sacrifice, immolée, brûlée en sacrifice. Le sacrifice d'Isaac, fils d'Abraham. « Quant au sacrifice, c'est sans doute, d'abord, une offrande destinée à acheter la faveur du dieu ou à détourner sa colère » (Bergson).
Relig. cathol. Le sacrifice du Christ, le sacrifice de la Croix : la mort du Christ pour la rédemption du genre humain. Le sacrifice, le saint sacrifice (de la messe), réitération de celui de la Cène. « Je prierai demain pour lui au saint sacrifice » (Goncourt),à la messe.
2(2e moitié XVIIe) Renoncement ou privation volontaire (en vue d'une fin religieuse, morale, ou même utilitaire). Sacrifice des préjugés, des intérêts nationaux. Faire le sacrifice de sa vie à la patrie. La femme « doit, en se mariant, faire un entier sacrifice de sa volonté à l'homme, qui lui doit en retour le sacrifice de son égoïsme » (Balzac).
Un, des sacrifices. Il faudra faire, consentir des sacrifices pour y arriver. Exiger des sacrifices. « L'art n'obtient ses effets les plus puissants que par des sacrifices proportionnés à la rareté de son but » (Baudelaire). « Qui dit : Œuvre, dit : Sacrifices. La grande question est de décider ce que l'on sacrifiera » (Valéry). Spécialt Privation sur le plan financier; renoncement à un gain. Je veux bien faire un sacrifice, un effort pécuniaire. C'est pour moi un gros sacrifice. Ne reculer devant aucun sacrifice.
Sacrifice de soi. abandon, 1. don, offre.
3Le sacrifice : le fait de se sacrifier; le renoncement. Esprit de sacrifice. abnégation, désintéressement , dévouement; résignation. « Sacrifice, ô toi seul peut-être es la vertu ! » (Vigny).

sacrifice nom masculin (latin sacrificium, de sacrificare, sacrifier) Offrande à une divinité et, en particulier, immolation de victimes. Effort volontairement produit, peine volontairement acceptée dans un dessein religieux d'expiation ou d'intercession. Renoncement volontaire à quelque chose, perte qu'on accepte, privation, en particulier sur le plan financier : Faire de grands sacrifices pour ses enfants.sacrifice (citations) nom masculin (latin sacrificium, de sacrificare, sacrifier) Henri Alban Fournier, dit Alain-Fournier La Chapelle-d'Angillon, Cher, 1886-bois de Saint-Rémy, Hauts de Meuse, 1914 L'amour comme un vertige, comme un sacrifice, et comme le dernier mot de tout. Correspondance avec Jacques Rivière Gallimard Georges Bataille Billom 1897-Paris 1962 [La poésie, …] le sacrifice où les mots sont victimes. L'Expérience intérieure Gallimard Jean Giraudoux Bellac 1882-Paris 1944 Dieu ne parvient que par sa pitié à distinguer le sacrifice du suicide. Sodome et Gomorrhe, I, Prélude, l'archange Grasset Pierre Dumarchais, dit Pierre Mac Orlan Péronne 1882-Saint-Cyr-sur-Morin 1970 Le goût du sacrifice que chaque femme porte en soi-même, comme une fleur prête à fleurir […]. Marguerite de la nuit Émile-Paul William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Soyons des sacrificateurs, non des bouchers. Let us be sacrificers, not butchers. Jules César, II, 1, Brutus William Makepeace Thackeray Calcutta 1811-Londres 1863 […] Ce plaisir morose que procure à certaines femmes la pensée de se sacrifier. […] That dismal pleasure which the idea of sacrificing themselves give to certain women. Pendennis, 7sacrifice (expressions) nom masculin (latin sacrificium, de sacrificare, sacrifier) Esprit de sacrifice, abnégation, dévouement absolu. Sacrifice de la croix, mort volontaire de Jésus sur la croix, en expiation des péchés des hommes. Sacrifice humain, immolation d'une personne offerte comme victime à la divinité. Le sacrifice de la messe, le saint sacrifice (de la messe), la messe, considérée comme le renouvellement du sacrifice de la croix. ● sacrifice (synonymes) nom masculin (latin sacrificium, de sacrificare, sacrifier) Offrande à une divinité et, en particulier, immolation de victimes.
Synonymes :
Esprit de sacrifice
Synonymes :
- abnégation
- dévouement

sacrifice
n. m.
d1./d Oblation, faite à une divinité, d'une victime ou d'autres présents. Immoler un taureau en sacrifice à Zeus. Sacrifice humain.
|| RELIG CATHOL Le Saint Sacrifice: la messe (qui renouvelle, sur l'autel, le sacrifice de Jésus sur la croix).
d2./d Fig. Renoncement, privation que l'on s'impose ou que l'on accepte par nécessité. Faire le sacrifice de sa vie.
|| Privation matérielle. Les études de leurs enfants leur ont imposé de grands sacrifices.

⇒SACRIFICE, subst. masc.
A. — RELIGION
1. Action sacrée par laquelle une personne, une communauté offre à la divinité, selon un certain rite, et pour se la concilier, une victime mise à mort (réellement ou symboliquement) ou des objets qu'elle abandonne ou brûle sur un autel. Synon. holocauste, immolation, oblation, offrande. Agréer un sacrifice; faire, offrir un sacrifice; offrir qqc. en sacrifice (à un dieu). Il l'instruisoit de tous les usages des sacrifices: il lui montroit à choisir la génisse sans tache (...), à répandre l'orge sacrée (CHATEAUBR., Martyrs, t. 1, 1810, p. 128). V. autel ex. 3, bûcher1 B 1 a ex. de Renan, hécatombe ex. 1, holocauste ex. 1 et oblation ex. 1:
Le sacrifice est l'action sacrée par excellence. Il déploie la variété de ses formes entre l'offrande, qui en est le plus bas degré, et le martyre, où le sacrifiant s'offre lui-même comme victime. Si l'on supprime le sacrifice, le culte perd sa fonction essentielle, la mythologie ou la théologie s'appauvrissent d'un de leurs dynamismes créateurs, et l'ascétique, la morale d'une dimension maîtresse.
Philos., Relig., 1957, p. 34-13.
SYNT. Sacrifice agréable (à Dieu, aux dieux); sacrifice privé, public, rituel, solennel; sacrifices païens; sacrifice d'animaux; sacrifice d'action de grâces, d'adoration, de communion, de louange; sacrifice expiatoire, propitiatoire; appareil, apprêts, rites du sacrifice; autel, couteau, parfum, sang, viande, victime du sacrifice.
En partic.
Sacrifice humain. Sacrifice dans lequel on immole une personne offerte comme victime. Sacrifice d'enfants, d'une jeune fille, de captifs. Ce fut assez vite le sentiment commun, le sacrifice humain loin d'alléger fit horreur (G. BATAILLE, Exp. int., 1943, p. 207).
RELIG. JUIVE. Sacrifice perpétuel, quotidien. Sacrifice ,,offert deux fois par jour, vers 9 h et vers 15 h. Il comportait l'immolation d'un agneau d'un an, l'oblation de farine mélangée d'huile et une libation de vin`` (DHEILLY 1964).
Sacrifice sanglant. Sacrifice comportant la mise à mort d'une victime. Le sacrifice [à Rome] qui était une offrande ou une expiation pouvait être sanglant ou non sanglant. Dans le second cas, on offrait des gâteaux, des produits de la terre ou encore on pratiquait des libations (PELL. 1972).
Sacrifice de (+ nom propre). [Le compl. désigne celui qui offre le sacrifice] Sacrifice d'Abel, de Caïn. Le sacrifice d'Abraham est la figure de la Passion (FLAUB., Bouvard, t. 2, 1880, p. 130). [Le compl. désigne la victime] Sacrifice d'Iphigénie. Dieu est dans le sacrifice de Régulus et de Socrate, comme il est dans celui de Jésus (P. LEROUX, Humanité, 1840, p. 933).
2. RELIG. CHRÉT. Sacrifice du Christ, sacrifice du calvaire, de la croix. Sacrifice parfait du Christ s'offrant à Dieu son père, sur la croix, en oblation unique pour le salut de l'homme et renouvelé dans l'Eucharistie. La théologie nous enseigne que la messe, telle qu'elle se célèbre, est le renouvellement du sacrifice du calvaire (HUYSMANS, Là-bas, t. 2, 1891, p. 183). La notion de l'eucharistie répétition du sacrifice de la croix (Philos., Relig., 1957, p. 5-12). V. oblation ex. 1.
THÉOL. CATH. Sacrifice (de la messe, de l'autel); sacrifice eucharistique; saint sacrifice (de la messe). Renouvellement sur l'autel du sacrifice de Jésus-Christ sur la croix, par le ministère du prêtre. Synon. messe. Ne négligez pas d'assister au divin sacrifice; il est la source de toutes les grâces et le complément de tous les dons (LAMENNAIS, Lettres Cottu, 1818, p. 4). Jamais il n'avait senti si profondément le désir d'être prêtre et de célébrer à son tour le saint sacrifice (A. FRANCE, Orme, 1897, p. 20). Savez-vous que la messe, le sacrifice de la messe est l'acte unique d'obéissance, l'acte essentiel (BLOY, Journal, 1899, p. 344). V. messe ex. de Billy.
B. — 1. Renoncement, privation que l'on s'impose volontairement ou que l'on est forcé de subir soit en vue d'un bien ou d'un intérêt supérieur, soit par amour pour quelqu'un. Grand, petit, gros sacrifice; accomplir, offrir un, des sacrifice(s); accepter le sacrifice (de qqn, de qqc.); consentir à un sacrifice. Alors son oncle essaya de la consoler de l'énorme sacrifice de quatre robes qu'elle venait de faire (STENDHAL, Lamiel, 1842, p. 130). Albert (...) ne comptait pas comme un mince sacrifice celui d'être privé des cigares du café de Paris (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 500). V. holocauste ex. 2.
Vieilli. Faire un sacrifice à qqn. Puisque ta mère t'a commandé de faire le plus grand des sacrifices à ton frère l'aveugle, tous les autres sacrifices que tu pourras faire aux autres seront bien faciles et bien légers (LAMART., Tailleur pierre, 1851, p. 495).
SYNT. Sacrifice généreux, héroïque, douloureux; sacrifice de son bonheur, de son cœur, de son orgueil; sacrifice de sa fortune, de sa situation, de son temps, de sa vie; douleur, force, grandeur, magnanimité, prix du sacrifice; s'imposer un, des sacrifice(s); être prêt au sacrifice; recueillir le fruit de son sacrifice; aller jusqu'au bout de son sacrifice.
2. En partic.
a) RELIG. CHRÉT. Sacrifice (moral, spirituel). Offrande à Dieu d'un acte de renoncement, d'une privation en union avec le sacrifice du Christ. Elle repoussait tout dessert. Elle refusait la barre de chocolat du goûter. M. Georges était trop au courant des habitudes pieuses. Il y vit des « sacrifices » (LA VARENDE, Indulg. plén., 1951, p. 211).
Vieilli. Faire des sacrifices à. Tout passe en ce monde, nos douces jouissances d'abord, ces fleurs de la vie. Il faut en faire des sacrifices à Dieu (E. DE GUÉRIN, Lettres, 1846, p. 478).
b) Sacrifice (de soi). [Corresp. à se sacrifier] Fait de renoncer à ses intérêts propres voire à sa propre vie, pour un idéal ou par amour de son prochain. Synon. dévouement. Faire le sacrifice de soi. La vertu roide et domestique (...) d'une lignée de femmes irréprochables, obscures, tenaces dans le bien, à la fois sages et ingénues, toujours prêtes à l'oubli de soi, au renoncement, au sacrifice, enragées à se sacrifier (BERNANOS, Dialog. ombres, 1928, p. 52). Alvaro: Car tu te sacrifies, n'est-ce pas? La générosité, c'est toujours le sacrifice de soi; il en est l'essence. Tu te sacrifies, Mariana? (MONTHERL., Maître Sant., 1947, III, 5, p. 654).
Esprit de sacrifice. V. esprit 2e section II A loc.
c) Sacrifice (financier, d'argent). Fait de renoncer à un gain, de se priver pour consacrer une somme d'argent à un autre usage d'intérêt supérieur. Consentir à des sacrifices; économiser à force de sacrifices. Le titre d'avocat équivaut à une profession. Les familles font à l'envi de grands sacrifices pour pousser les enfants jusque-là (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 107). Vous n'avez fait aucun sacrifice, s'écria Simon. J'ai passé tous mes examens comme boursier, j'ai crevé de faim (DRUON, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 29).
COMM. Rabais que fait un vendeur. Le prix naturel [d'une marchandise] est donc composé des sacrifices antérieurs, faits par le vendeur (DESTUTT DE TR., Comment. sur Espr. des lois, 1807, p. 263). P. exagér. Et le prix, mesdames et messieurs, il est minime et dérisoire. Ce n'est pas une vente que je fais, c'est un sacrifice (ARNOUX, Paris, 1939, p. 173).
d) Sacrifices (d'hommes). Perte en soldats au cours d'une bataille, d'une guerre. Finalement, après des sacrifices immenses d'hommes et d'argent, ils [les Autrichiens] furent heureux d'accorder les honneurs de la guerre aux défenseurs (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 409).
e) ÉCON. Sacrifice d'un animal. Mise à mort d'un animal pour la consommation ou en cas d'accident ou de maladie. Synon. abattage. L'intérêt conduit au sacrifice d'un animal [bœuf] de 11 à 16 mois, pesant de 400 à 500 kg (WOLKOWITSCH, Élev., 1966, p. 155).
C. — Sacrifice à (+ subst.). Action de se plier, de plus ou moins bon gré, à quelqu'un ou à quelque chose. Synon. concession. Des sacrifices à l'opinion, moi! Et à quel titre? (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 430). Ce fut [bitumer une entrée], d'ailleurs, le seul sacrifice aux architectes modernes qu'il accepta jamais (ZOLA, Curée, 1872, p. 399).
D. — ARTS, LITT., au plur. Suppression de détails dans une composition, une peinture pour donner plus de vigueur à l'ensemble. Quelles tortures ce polisson de passage m'aura fait subir! Je fais des sacrifices de détail qui me font pleurer (FLAUB., Corresp., 1853, p. 381). On remarque dans les ouvrages des Hollandais et des Flamands (...) un art même de dérober les sacrifices qui charme l'imagination (DELACROIX, Journal, 1857, p. 142).
REM. Sacrification, subst. fém., rare. a) Littér. Action de sacrifier. [L'affaire Dreyfus] allait éclater pour la sacrification de nos jeunesses (PÉGUY, V.-M., comte Hugo, 1910, p. 765). b) Écon. ,,Opération consistant à se priver d'un animal qu'il est nécessaire d'abattre prématurément d'un point de vue économique (accident, maladie)`` (Termes nouv. Sc. Techn. 1983).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1119 « offrande à la divinité » (PHILIPPE DE THAON, Comput, éd. E. Mall, 705); b) 1re moit. XIIe s. en partic. « mort du Christ pour la rédemption du genre humain » (Psautier de Cambridge, éd. Fr. Michel, XIX, 3); 1694 sacrifice de Jesus-Christ (Ac.); c) 1670 saint sacrifice « la messe » (BOSSUET, Duch. d'Orl. ds LITTRÉ); 2. 1651 « abandon volontaire, renoncement » (PASCAL, Lettre sur la mort de son père ds Œuvres, éd. J. Mesnard, t. 2, p. 853). Empr. au lat. sacrificium « offrande à la divinité » (de sacrificare, v. sacrifier), et chez les aut. chrét. « le sacrifice eucharistique, la messe », « pain consacré, divines espèces » (v. BLAISE Lat. chrét.). Fréq. abs. littér.:4 792. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 9 124, b) 6 017; XXe s.: a) 5 661, b) 5 964.
DÉR. Sacrificiel, -ielle, adj. a) [En parlant d'un inanimé] Qui concerne le sacrifice, qui est propre aux sacrifices. Synon. vx sacrificatoire. Offrande sacrificielle; rite sacrificiel. P. métaph. La possibilité propre de l'être (...) c'est d'être fondement de soi comme conscience par l'acte sacrificiel qui le néantit (SARTRE, Être et Néant, 1943, p. 124). b) [En parlant d'une pers. ou d'un ensemble de pers.] Littér. Qui est enclin au sacrifice de soi. Je suis Celte, Celte de la tête aux pieds, notre race est sacrificielle. La rage des causes perdues, quoi! (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1094). V. immoler ex. 2. []. 1re attest. 1931 (BERNANOS, Gde peur, p. 181); de sacrifice, suff. -iel.
BBG. — DUB. Dér. 1962, p. 48 (s.v. sacrificiel). — GALL. 1955, p. 33. — Méditation sur le sacrifice. Foi Lang. 1981, n ° 1, pp. 73-74.

sacrifice [sakʀifis] n. m.
ÉTYM. Fin XIVe; sacrefise, sacrifise, v. 1120; lat. sacrificium, de sacrificare. → Sacrifier.
1 Offrande rituelle à la divinité, caractérisée par la destruction (immolation réelle ou symbolique d'une victime, holocauste) ou l'abandon volontaire (oblation des prémices) de la chose offerte. Holocauste (cit. 1), immolation, libation, lustration, oblation (cit. 2), offrande.
1 Maintenons, puisqu'il faut bien donner aux mots leur extension et leur compréhension propres, que c'est la destruction de l'objet qui caractérise le sacrifice, et que le don de l'objet constitue l'offrande. Mais rien n'empêche qu'un rite donné n'empiète sur les deux domaines à la fois.
J. Cazeneuve, les Rites, p. 380, in Foulquié, Dict. de la langue philosophique, art. Sacrifice.
2 La difficulté commence lorsqu'il s'agit de définir ce qui fait d'une offrande un sacrifice (…) Le sacrifice de prémices apparaît dans les civilisations les plus primitives comme un geste religieux qui (…) exprime la dépendance à l'égard du dispensateur de tous biens. Ultérieurement, dans les grandes religions polythéistes, les sacrifices sanglants deviennent caractéristiques de l'hommage rendu à la divinité. Mais c'est chez les Sémites que les rites du sang prennent le plus grand relief (…) Le sacrifice du Christ au Calvaire sera lui-même un sacrifice de sang (…) S'ensuit-il que nous devrions rechercher l'essence du sacrifice dans une destruction de la victime et le distinguer par là de la simple offrande ? Pas nécessairement (…) le propre du sacrifice est de porter en soi une signification d'hommage exclusivement latreutique, c'est-à-dire réservé à la divinité (…)
Mennessier, in Initiation théologique, t. III, p. 874.
Sacrifice expiatoire (cit. 1), piaculaire, propitiatoire (cit.).Sacrifice sanglant.Sacrifices d'animaux (→ Autel, cit. 1; couronner, cit. 17). Apotropée, hécatombe, taurobole.(XVIIIe). || Sacrifice humain, où l'on immole, tue un ou plusieurs êtres humains (→ Extermination, cit. 2; et aussi autel, cit. 6; ensanglanter, cit. 6; pour, cit. 77). || Sacrifice rituel de veuve, aux Indes. Sati.Autel, couteau, sang, fumée… des sacrifices (→ Carreau, cit. 4). || Offrir, faire un sacrifice (→ Archonte, cit.; citoyen, cit. 1). || Victime destinée au sacrifice, immolée, brûlée en sacrifice. Hostie (vx); et aussi sacrificateur, victimaire. || Le sacrifice est consommé.
3 Il tourne à l'entour du troupeau,
Marque entre cent moutons le plus gras, le plus beau,
Un vrai mouton de sacrifice :
On l'avait réservé pour la bouche des dieux.
La Fontaine, Fables, II, 16.
4 Je crois bien que ces sacrifices étaient rares : s'ils avaient été fréquents, si on en avait fait des fêtes annuelles, si chaque famille avait eu continuellement à craindre que les prêtres vinssent choisir la plus belle fille ou le fils aîné de la maison, pour lui arracher le cœur saintement sur une pierre consacrée, on aurait bientôt fini par immoler les prêtres eux-mêmes.
Voltaire, Essai sur les mœurs, Introd., Des victimes humaines.
5 Quant au sacrifice, c'est sans doute, d'abord, une offrande destinée à acheter la faveur du dieu ou à détourner sa colère. Il doit être d'autant mieux accueilli qu'il a plus coûté, et que la victime a une plus grande valeur. C'est probablement ainsi que s'explique en partie l'habitude d'immoler des victimes humaines (…)
H. Bergson, les Deux Sources de la morale et de la religion, p. 213.
(1690). Spécialt. (Relig. cathol.). || Le sacrifice du Christ, le sacrifice de la Croix : la mort du Christ pour la rédemption du genre humain (→ Illusoire, cit. 3).Le sacrifice de la Cène. || Le sacrifice eucharistique, commémoratif et en même temps réel. || Le sacrifice de la messe (cit. 1), réitération de celui de la Cène (→ Infestation, cit.). Propitiation.
6 Les chrétiens ne connaissent plus la sainte frayeur dont on était saisi autrefois à la vue du sacrifice. On dirait qu'il eût cessé d'être terrible, comme l'appelaient les saints Pères; et que le sang de notre victime n'y coule pas encore aussi véritablement que sur le Calvaire. Loin de trembler devant les autels, on y méprise Jésus-Christ présent (…)
Bossuet, Oraison funèbre du prince de Condé.
(1670). || Le saint sacrifice (de la messe).
7 Je prierai demain pour lui au saint sacrifice (…)
Ed. et J. de Goncourt, Sœur Philomène, LI.
2 (Mil. XVIIe). Renoncement ou privation volontaire (en vue d'une fin religieuse, morale, esthétique, ou même utilitaire). || Le sacrifice de qqch. (fait par qqn). || Biens, plaisirs terrestres dont le croyant fait le sacrifice à Dieu (→ Épargner, cit. 20; pari, cit. 7). || Faire le sacrifice de sa vie, de ses jours à la patrie, à un idéal… (→ Balancer, cit. 20). || Sacrifice de la raison (→ Abêtir, cit. 2), de l'intellect (→ Gouverner, cit. 37), du bonheur public (→ Intérêt, cit. 7). || Sacrifice de certaines opinions (→ Libéral, cit. 6), des préjugés (→ Patrie, cit. 12), des intérêts nationaux (→ Pratiquement, cit. 1)… || Un sacrifice d'argent, de temps, concernant l'argent, le temps utile.(Sans compl. en de). || L'épargne (cit. 8) représente une privation et même un sacrifice.Spécialt. || Sacrifice financier : renoncement à un gain. Fam. || Je veux bien faire un sacrifice, un effort. Dépense, rabais (→ Mettre, cit. 46).(Aux échecs). || Faire un sacrifice : sacrifier une pièce.
8 Oui, la femme est un être faible qui doit, en se mariant, faire un entier sacrifice de sa volonté à l'homme, qui lui doit en retour le sacrifice de son égoïsme.
Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, Pl., t. I, p. 325.
9 Un sacrifice plus grand encore qu'aucun sacrifice d'argent, c'est celui que tous, riches et pauvres, faisaient à la chose publique, celui de leur temps, de leur pensée constante, de toute leur activité (…)
Michelet, Hist. de la Révolution franç., II, V.
Faire des sacrifices, de grands sacrifices (→ Avantage, cit. 44; compter, cit. 15; courtisane, cit. 3; nation, cit. 1). || Consentir des sacrifices (→ Paresse, cit. 7; patrie, cit. 8). || S'imposer de grands sacrifices (→ Passer, cit. 108). || Exiger des sacrifices. Coûter, coûteux (→ Inconséquent, cit. 5; matérialisme, cit. 5). || Nous mesurons (cit. 9) l'étendue de nos sacrifices et de nos pertes. || Prêt (cit. 3) à tous les sacrifices. || Obtenir au prix de grands sacrifices. Acheter, payer (cher). || Se résoudre à des sacrifices. Vif (couper, trancher dans le).
10 Tout ce qu'il (l'homme) peut, c'est de se consacrer à la vérité, quelle qu'elle soit, et de disposer son cœur à la suivre partout où il croira la voir, dût-il lui en coûter les plus pénibles sacrifices.
Renan, Souvenirs d'enfance…, Appendice, Œ. compl., t. II, p. 928.
11 (…) l'art n'obtient ses effets les plus puissants que par des sacrifices proportionnés à la rareté de son but.
Baudelaire, l'Art romantique, XXII, IX.
12 Qui dit : Œuvre, dit : Sacrifices. La grande question est de décider ce que l'on sacrifiera : il faut savoir qui, qui, sera mangé.
Valéry, Rhumbs, p. 177.
12.1 — Il sera ingénieur, dit son père. Nous ferons des sacrifices pour cela.
— Vous avez bien raison, Meussieu Belhôtel, approuve Mme Pic, de vous sacrifier pour votre enfant et de vouloir en faire quelqu'un de bien.
R. Queneau, le Chiendent, p. 274.
Sacrifice de soi. Abandon, don, offre (→ Orgueil, cit. 18; rénovation, cit. 3). Absolt. || Esprit de sacrifice. Abnégation, désintéressement, dévouement (cit. 3), résignation (→ Exalter, cit. 16). || Le sacrifice et le renoncement (→ Injuste, cit. 8). || L'idée de sacrifice et d'héroïsme (→ Matérialisme, cit. 4). || La générosité et le sacrifice (→ Idée, cit. 57). || Le goût (cit. 33) du sacrifice.
13 Sacrifice, ô toi seul peut-être es la vertu !
A. de Vigny, Poèmes philosophiques, « Wanda », XIV.
14 Sacrifice ne signifie ni amputation, ni pénitence. Il est essentiellement un acte. Il est un don de soi-même à l'Être dont on prétendra se réclamer.
Saint-Exupéry, Pilote de guerre, XXVII.
14.1 En des termes élevés, je lui ai conseillé d'accepter avec une joie orgueilleuse le sacrifice de sa personne au bien de la communauté.
M. Aymé, le Passe-muraille, p. 71.
15 (…) en 1922 et en 1933, la Révolution qui promet beaucoup aux hommes a été vaincue par la Révolution qui exige beaucoup d'eux. Le véritable secret des chefs du fascisme et du national-socialisme est peut-être d'avoir moins compté sur les puissances mystiques de l'espérance que sur les puissances du sacrifice.
Th. Maulnier, Mythes socialistes, p. 60, in Foulquié, Dict. de la langue philosophique, art. Sacrifice.
DÉR. Sacrificiel.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sacrifice — • This term is identical with the English offering (Latin offerre) and the German Opfer Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Sacrifice     Sacrifice      …   Catholic encyclopedia

  • Sacrifice — (from a Middle English verb meaning to make sacred , from Old French, from Latin sacrificium : sacr , sacred + facere , to make ) is commonly known as the practice of offering food, objects (typically valuables), or the lives of animals or people …   Wikipedia

  • Sacrifice — Разработчик Shiny Entertainment Издатели Windows …   Википедия

  • sacrifice — Sacrifice. s. m. Action par laquelle on offre quelque chose à Dieu, avec certaines ceremonies, pour luy rendre un hommage souverain. Sacrifice solemnel. sacrifice propitiatoire, expiatoire. les sacrifices de l ancienne loy. faire un sacrifice.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Sacrifice — Saltar a navegación, búsqueda «Sacrifice» Sencillo de Elton John del álbum Sleeping with the Past Lado B « Love is a Cannibal (primer lanzamiento) Healing Hands (segundo lanzamiento)» …   Wikipedia Español

  • Sacrifice — Sac ri*fice (?; 277), n. [OE. sacrifise, sacrifice, F. sacrifice, fr. L. sacrificium; sacer sacred + facere to make. See {Sacred}, and {Fact}.] 1. The offering of anything to God, or to a god; consecratory rite. [1913 Webster] Great pomp, and… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • sacrifice — Sacrifice, Sacrificium, Supplicium, Immolatio. Sacrifice et tout autre chose qu on fait ou qu on donne pour la satisfaction du peché, Piaculum. Sacrifices faits de bestes qui ruminent et remaschent, Hostiae ruminales. Faire sacrifice avec grande… …   Thresor de la langue françoyse

  • sacrifice — [sak′rə fīs΄] n. [OFr < L sacrificium < sacer, SACRED + facere, to make, DO1] 1. a) the act of offering the life of a person or animal, or some object, in propitiation of or homage to a deity b) something so offered 2 …   English World dictionary

  • Sacrifice — Sac ri*fice (?; 277), v. t. [imp. & p. p. {Sacrificed}; p. pr. & vb. n. {Sacrificing}.] [From {Sacrifice}, n.: cf. F. sacrifier, L. sacrificare; sacer sacred, holy + ficare (only in comp.) to make. See { fy}.] 1. To make an offering of; to… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Sacrifice — Entwickler …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.